GS1 et l'Organisation Mondiale des douanes

Les standards GS1 utilisés par l’Organisation Mondiale des Douanes

Dans un effort permanent de lutte contre le commerce illicite de produits contrefaits et piratés, l’Organisation Mondiale des Douanes et GS1 s’engagent à fournir aux douanes les meilleures technologies disponibles pour identifier les produits issus de la contrefaçon.

L’Organisation Mondiale des Douanes a lancé l’IPM (Interface Public-Member), leur outil en ligne servant d’interface entre les douaniers sur le terrain et les entreprises privées afin de mettre plus facilement en relation les détenteurs d’informations sur les produits (les entreprises privées, propriétaires des marques commerciales) et les douanes. Depuis, ce sont plus de 3 000 entreprises et 50 organisations douanières nationales qui coopèrent chaque jour grâce à l’IPM.

Suite à la signature d’un accord de partenariat signé en 2012, les douanes ont trouvé des pistes de coopération OMD-GS1 grâce aux standards internationaux GS1 d’identification des produits et des unités logistiques. Il en a résulté le lancement d’une nouvelle application mobile d’IPM, qui permet aux douaniers de scanner les codes-barres de millions de produits. L’identifiant unique du produit, intégré dans le code-barres GS1, permet d’accéder plus facilement à plusieurs bases de données, dont les catalogues électroniques du réseau GDSN, sources fiables d’informations sur les produits. En scannant les codes-barres, les douaniers du monde entier se connectent automatiquement à la fiche-produit GS1 et aux services d’authentification correspondant au produit contrôlé. Les douaniers ont ainsi accès à des informations complètes et à jour sur les produits les aidant à discerner des produits contrefaisants des produits originaux.

« Confrontés à la recrudescence du trafic de produits contrefaits, l’OMD et ses Membres sont déterminés à travailler avec GS1 et toutes les autres organisations concernées afin de combattre cette menace et ainsi protéger la santé et la sécurité des consommateurs du monde entier » explique le Secrétaire Général de l’OMD, Kunio Mikuriya.

ipm