Lutte anti-contrefaçon secteur pharmaceutique

La lutte anti-contrefaçon dans le secteur pharmaceutique

Faire de chaque donnée logistique une information standardisée pour être utilisée par tous
La traçabilité est une préoccupation essentielle dans le secteur pharmaceutique. Elle consiste à suivre chaque médicament du laboratoire au patient pour en garantir la qualité et l’intégrité depuis sa fabrication, jusqu’à sa dispensation par le pharmacien. Des techniques d’identification automatiques comme le code-barres 2D sont de plus en plus généralisées pour assurer ce suivi, notamment à des fins de lutter contre la contrefaçon.

Les laboratoires pharmaceutiques, poussés par les autorités de réglementation du monde entier, conviennent aujourd’hui d’identifier unitairement chaque emballage de médicament par un numéro de série unique. L’enregistrement de ce numéro d’identité, lors de chaque transaction ou mouvement du médicament au sein de la chaîne d’approvisionnement, permet de tracer le cycle de vie entier du produit. En contrôlant le numéro de série et les informations associées quant à sa traçabilité, il devient alors possible de suivre le cheminement du médicament pour en garantir la conformité de la mise sur le marché. A contrario, tout manquement ou anomalie sur le circuit de distribution du produit pourra être constaté et faire l’objet d’une saisie par les autorités de contrôle.

Ce système de contrôle basé sur le lien électronique entre le produit et chaque maillon de son parcours logistique est généralement appelé « pedigree électronique » ou « e-pedigree ».
La mise en place d’un système harmonisé de traçabilité, reposant sur un standard d’identification rendant unique chaque emballage et sur un pedigree au format commun, s’impose pour contribuer à l’amélioration de la sécurité pharmaceutique. C’est le standard GS1 EPCIS qui a donc été adopté.