La recherche française au cœur de la standardisation de l’Internet du futur

Standards : EPCIS / Internet des objets

  • Samedi 12 novembre 2011
  • Types de documents : Communiqués de presse
  • Enjeux : Internet des objets

Internet connaît aujourd’hui l’une de ses évolutions majeures avec l’émergence de l’Internet des objets. Grâce à l’alliance des technologies mobiles et « sans contact », les entreprises et les particuliers ont désormais la possibilité de connecter les objets du quotidien au réseau Internet pour créer de nouveaux services à valeur ajoutée. Les travaux du consortium français WINGS ont ainsi été retenus pour définir les standards internationaux qui serviront de base au fonctionnement de cet Internet des objets.

 

La recherche française en pointe

 

Fort de la mise en exploitation dès 2008 du premier service de l’Internet des objets en Europe, GS1 France a orchestré les travaux du projet WINGS en partenariat avec des laboratoires académiques (INRIA, UPMC, GREYC) et industriels (Orange Lab et AFNIC), sous l’égide de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et avec le soutien de la Délégation aux Usages de l’Internet.
Les équipes de recherche sont parvenues, cette année, à mettre en œuvre l’Internet des objets sur un réseau basé sur plusieurs annuaires d’objets, dénommés ONS (Object Naming Service). Clé de voûte de l’Internet des objets, l’ONS formait jusqu’alors un système centralisé reposant sur un annuaire unique. Les travaux du projet WINGS ont ainsi pour objectif la mise en place d’une architecture décentralisée conforme aux principes d’ouverture et d’interopérabilité de
l’Internet à l’échelle mondiale.

 

Un enjeu stratégique pour le développement d’une nouvelle génération de services

   

Offrir de nouveaux services d’informations aux consommateurs, permettre la traçabilité des objets en temps réel, lutter contre la contrefaçon, organiser le rappel de produits… sont quelques exemples des services que les entreprises et les particuliers pourront utiliser grâce à l’«Internet des objets».

GS1 France, l’organisation qui réunit au niveau international, les entreprises des secteurs du Commerce, de l’Industrie et de la Logistique, élabore désormais les standards nécessaires à l’utilisation de l’Internet des objets. Un groupe de travail international Co-présidé par GS1 France vient d’être créé pour standardiser le réseau d’ONS «fédéré » issu du projet WINGS. Ce nouveau standard devrait être disponible au printemps 2012.
"Avant d'ouvrir le chantier de l'ONS fédéré, il était nécessaire et indispensable de surmonter les doutes des représentants de certains pays. Comment ? En montrant opérationnellement qu'un réseau d'ONS était possible et qu'il n’altérerait pas la qualité de service aux utilisateurs en comparaison avec l'option centralisée. C'est ce que le projet WINGS a permis de réaliser en adaptant par la pratique le travail théorique de standardisation." Explique Pierre Georget, Directeur Général de GS1 France. 

 

Repenser la gouvernance de l’Internet

 
Jugée primordiale par la France dans le Plan « France numérique 2012 »  et rappelée dans le rapport du Centre d’Analyse Stratégique sur l’Agenda Numérique Européen, la volonté des pouvoirs publics d'établir une gouvernance partagée de l'Internet sur le plan international, trouve une réponse opérationnelle dans les travaux réalisés par le consortium WINGS.

 

L’internet des objets, devient une réalité pour les consommateurs

 
Proxi-Produit, l’application mobile de référence qui délivre aux consommateurs des informations produits fiables, validées par les marques et la réglementation en vigueur, est le premier service basé sur l’ONS. Mis en œuvre dans le cadre du portail de services aux citoyens « Proxima Mobile » en coordination avec l’ensemble des producteurs et distributeurs de biens manufacturés, cette application concrétise la réalisation de l’Internet des objets et traduit l’investissement des entreprises françaises dans le développement de l’économie numérique. D’autres services utilisent aussi cette nouvelle infrastructure : un outil de lutte contre la fraude (EstCeAuthentique), une solution de traçabilité logistique ou encore de nouveaux services de la «ville numérique ».

 

Bernard Benhamou, Délégué aux Usages de l’Internet auprès du Ministère de la Recherche et du Ministère de l’Industrie déclare : « L’Internet des objets est un objectif stratégique tant d’un point de vue technologique qu’économique pour les acteurs français et européens de l’Internet et nous sommes heureux d’avoir pu accompagner les partenaires du projet WINGS afin qu’ils développent en France les bases de l’Internet des objets qui sera utilisé demain par l’ensemble des citoyens européens ». 

 

 

 

 

A propos de GS1 France…

Créée en 1972 par des entreprises pour des entreprises, l’organisation GS1 s’est attachée, dès l’origine et partout dans le monde, à la mise au point, à la diffusion et à la promotion d’un langage commun fondé sur des standards d’échange d’information éprouvés, reconnus et adaptés aux besoins de chacun des intervenants de la chaîne d’approvisionnement. Gouverné paritairement par ses adhérents distributeurs et industriels, GS1 France collabore avec plus de 20 secteurs d’activité (distribution, commerce de détail, PGC, Santé,, Transport, Logistique, Défense...).
Au fil des ans, d’innovation en innovation, la palette d’activités s’est enrichie : identification des produits et des partenaires, EDI, applications RFID, catalogues électroniques, marketing mobile,…
Aujourd’hui, ce sont plus de 32 000 entreprises adhérentes en France, dont 90 % de PME, qui grâce aux standards GS1 peuvent dialoguer et commercer avec 1 million de partenaires dans le monde. Deux raisons majeures au succès de l’organisation : l’ambition de promouvoir l’innovation et les nouvelles technologies et la volonté farouche de définir uniquement des standards ouverts pour un marché ouvert.
Une recette du succès qui doit perdurer afin de maintenir un système stable et fiable au service de tout un chacun.

Pour plus d’informations: