Lancement du premier magazine connecté à Internet

Standards : EPC / RFID

  • Lundi 23 mars 2009
  • Types de documents : Communiqués de presse

AMUSEMENT magazine n°4 contient une puce RFID qui le relie à la toile !
Fruit d’une collaboration unique avec Violet et GS1 France, les lecteurs d’AMUSEMENT auront accès à du contenu numérique qui leur est exclusivement réservé.
Ce numéro inaugure le tout premier magazine de l’ère de l’Internet des Objet. Parallèlement, 5 baskets collectors Nike Cortez Fly Motion équipées d’une puce RFID donneront également accès à des œuvres numériques sélectionnées par AMUSEMENT

 

Et si un simple magazine de 700 grammes pouvait à la fois être fait de papier, d’encre, de composants électroniques et de contenus numériques ? Et si le contenu d’un magazine se prolongeait dans le monde de la toile ? Et si la dissociation entre presse écrite et contenu numérique devenait définitivement caduque ?
 
AMUSEMENT, en partenariat avec Violet et GS1 France, est heureux d’annoncer le lancement du premier magazine connecté. Ce magazine doté d’une puce RFID se voit enrichi de contenus accessibles sur le web. Au-delà de cette première mondiale, Violet démontre qu’Internet n’est plus une composante distincte et concurrente du magazine papier, mais bien son prolongement indissociable.
 
Le magazine bilingue AMUSEMENT « connecté » est disponible à compter du 17 mars en exclusivité au concept-store Colette et à partir du 20 mars dans les kiosques et dans les points de vente sélectifs en Europe et aux Etats-Unis.

 

 Comment ça marche ?

  
Lorsque le lecteur effleure le RFID Mir:ror (le Mir:ror se connecte sur le port USB d’un PC) avec la puce contenue en page 2 du magazine AMUSEMENT, une requête est instantanément envoyée sur le serveur de Violet qui ordonne au Mir:ror de déclencher des applications multimédias sur le PC. Les lecteurs peuvent également accéder aux contenus enrichis du magazine via leur Nabaztag:tag. 

 

Nouveaux usages

 
Dans ce numéro, ce sont des œuvres numériques qui seront disponibles exclusivement pour les lecteurs grâce à leur Mir:ror ou Nabaztag:tag de Violet : un jeu-vidéo par l’artiste Messhof, un dispositif interactif multi-ultilisateur par Electronic Shadow, une installation interactive par Factoid (Pierre Nouvel, Valère Terrier), Le Tone : une vidéo en 3D par Gkaster et un wallpaper par Philippe Jarrigeon. Pour l’éditeur, ces contenus web créent une nouvelle relation avec ses lecteurs. Grâce à l’adresse mail  et à la boîte de réception contenue dans chaque magazine, il pourra entamer un dialogue direct et contextuel avec ses lecteurs (le magazine ne prenant la parole que lorsque le lecteur l’utilise).
Abdel Bounane, directeur de la  publication d’AMUSEMENT, témoigne : « J’ai imaginé ce magazine d’un nouveau genre en réfléchissant au rapport que le papier peut entretenir avec l’information dématérialisée. En lançant AMUSEMENT, nous souhaitions reformuler la presse technologique à l’ère d’Internet, en proposant un véritable magazine-objet. Un an plus tard, en connectant notre titre à la toile, nous montrons qu’il est encore possible de repenser le magazine papier pour notre époque. »

 
Cette opération, produite avec le soutien de Nike Sportswear, concerne également 5 exemplaires collectors de la nouvelle Cortez Fly Motion. Équipée d’une puce RFID, chacune des Cortez Fly Motion renvoie vers du contenu artistique sélectionné par AMUSEMENT et exclusivement accessible aux possesseurs de la basket. Nike Sportswear France rappelle : « Avec son extrême légèreté, la Cortez Fly Motion représente un superbe aboutissement technologique. Cette opération avec AMUSEMENT autour de l'Internet des Objets montre que Nike Sportswear innove pour imaginer la basket de notre époque... Et celle du futur. »
Pierre Georget, directeur de GS1 France, souligne que : « Ces applications pour le grand public sont la démonstration d’un nouvel usage de la technologie RFID qui a déjà fait ses preuves dans le monde du btob. Chaque année, le coût des composants RFID diminue et contribue au développement de services à valeur ajoutée et novateurs pour le consommateur. Collaborer à cette initiative est le prolongement des actions menées dans la distribution».

 
SelonRafi Haladjian, co-fondateur de Violet « Si la dématérialisation de la musique et de la vidéo progresse, l’Internet des Objets dévoile un nouveau modèle économique où la chose Internet devient une composante indissociable de nos objets du quotidien. Cet exemple de magazine enrichi par du contenu Web va s’appliquer à l’ensemble des objets. Et de même que l’électronique a envahi une grande partie des objets autrefois mécaniques, le Web devient pervasif et se généralise dans les objets ». Il ajoute : « Il ne faut plus penser le numérique comme un secteur séparé des autres activités économiques et industrielles ou ayant vocation à les remplacer. Avec l’avènement de l’Internet des Objets, le Numérique devient une manière d’ajouter de la valeur et de créer de nouveaux services et business model dans toutes les industries ». 

Retrouvez les visuels HD AMUSEMENT sur :
www.amusement.fr/presse/n4
Crédits visuels : Philippe Jarrigeon

Retrouvez les visuels HD Mir:ror & Nabaztag:tag sur:
 www.violet.net/press

*RFID est l’acronyme de Radio Frequency Identification. Des centaines de millions de gens de par le monde possèdent déjà des objets RFID. Les puces RFID sont notamment présentes dans les cartes de transport, les clefs électroniques etc.

 À propos d’AMUSEMENT magazine

 
AMUSEMENT est le premier magazine lifestyle sur les loisirs numériques, les jeux vidéo et la culture interactive. Paru pour la première fois en mai 2008, AMUSEMENT décloisonne la création numérique, expérimente de nouvelles formules éditoriales et tente de dépeindre de manière unique la culture interactive. Ce trimestriel haut-de-gamme a regroupé depuis son premier numéro des  articles et séries photographiques de journalistes, chroniqueurs et photographes issus des rédactions du New-York Times, Wired, Vogue, Vanity Fair, Art Press, Le Monde, Wallpaper*, The Economist…
 

A propos de GS1

 
Créé en 1972 à l’initiative des industriels et des distributeurs, GS1 France est une structure internationale, neutre et paritaire qui accompagne 31 0000 entreprises françaises, dont 90 % de PME à investir dans les nouvelles technologies : mise en œuvre du code à barres, du commerce électronique, des catalogues électroniques. GS1 France est garant de la mise en place d’un standard pour la RFID : le standard EPC (Electronic Product Code).

L’avènement de l’Internet des Objets
En 2007, GS1 lance la mise en route d’un annuaire français pour le réseau RFID / EPC. La vision développée par GS1 est celle d’un réseau où, via Internet et un protocole standard de la RFID compréhensible et reconnaissable par tous, les partenaires pourront échanger de l’information sur le cheminement des produits, des usines aux consommateurs, d’où la notion d’Internet des objets.

 

A propos de Violet

 
Violet a été fondé en juin 2003 par Olivier Mével et Rafi Haladjian Son objectif est d’apporter ses technologies, plateforme de gestion (Violet OOOS) et savoir-faire à des éditeurs de services et des industriels souhaitant mettre en place et exploiter des services liés à des objets. www.violet.net

Violet Open Object Operating System (VOOOS)
Violet OOOS est la première plateforme spécialisée dans l'Opération d'Objets. Conçu  initialement pour les produits de Violet,  VOOOS utilise des protocoles standards et libres et est désormais ouvert aux objets de n'importe quel producteur.
Dans l'Internet des Objets, tout Objet peut devenir un moyen d'entrer ou d'afficher de l'Information. Tout Objet peut s'enrichir de services intelligents, contextuels et communicants. Violet OOOS apporte toutes ces possibilités à des appareils et des produits inanimés qui, à la différence d'ordinateurs ou de téléphones, disposent de très peu de capacités techniques et  n’ont pas forcément un écran ou un clavier mais s'expriment par toutes sortes de moyens. Violet OOOS assure également la communication entre tous les objets indépendamment de leurs capacités techniques ou d'expression ainsi que de leur producteur. Il est le moteur rendant possible l'Internet des Objets. 

Pour plus d’informations: