Les leçons à tirer de la crise COVID-19 pour le transport et la logistique

Le caractère indispensable voire vital du transport et de la logistique à la vie économique et à l’approvisionnement des besoins quotidiens des individus prend tout son sens.

Scan


Le Transport et la Logistique sont des activités transverses majeures et indispensables au fonctionnement de l’économie d’un pays. 
La crise sanitaire Covid-19 montre l’urgente nécessité de la dématérialisation. L’utilisation du papier est encore trop souvent la règle du secteur et nécessite une grande proximité entre les acteurs. De même les échanges physiques entre les personnels des entreprises de transport, leurs conducteurs et les personnels de leurs clients, restent inévitables. Ces échanges posent de réels problèmes sanitaires.

La transformation numérique du secteur est très certainement une des réponses à la simplification des échanges mais aussi et surtout une manière  de contribuer à leur sécurité sanitaire. Il est impératif que l’ensemble des acteurs du secteur, les Etats membres y compris leurs administrations, se saisissent du sujet et utilisent des documents de transport sous formes électronique (y compris e-CMR).  En particulier en ce moment, où les conducteurs doivent respecter une distance physique minimale avec leurs clients expéditeurs ou réceptionnaires lors des opérations d’approvisionnement par exemple.


La signature des documents de transport : un enjeu de digitalisation

Signer des documents pour valider les opérations de transport, est un risque supplémentaire pour les conducteurs tout comme pour les différents acteurs de la chaîne logistique, même si toutes les barrières sanitaires prévues sont respectées. Les finances des entreprises de transport sont très tendues et elles ne peuvent se permettre d’attendre le retour des preuves de livraison, quand elles sont disponibles, afin d’envoyer leurs factures.

De la même manière il est inimaginable, même si cela est accepté pendant cette période, de ne pas obtenir une validation « physique » de la réalisation du transport en accord avec le contrat établi (lettre de voiture), pour des raisons de transfert de responsabilité.
Les personnels opérationnels de la logistique doivent travailler en en mode dégradé, voire en confinement de chez eux et ne peuvent se permettre de traiter des documents sous format papier. Enfin, en temps « normal »  de nombreuses études ont montrées que le travail administratif pouvait être réduit de l’ordre de 75% grâce à l’utilisation du numérique et que les temps d’attente au chargement/déchargement pouvait être réduit de 15%.

Mais pour arriver à cela, il est tout aussi impératif que les différentes solutions existantes (TMS, WMS, OMS, e-CMR etc…) soient interopérables simplement, afin de permettre aux entreprises de limiter au maximum l’impact financier et organisationnel lié à la mise en place de ces outils.


Une prise de conscience imminente

Cette interopérabilité apparaît dorénavant comme une obligation pour permettre aux entreprises de continuer d’utiliser leurs systèmes tout en étant assurées qu’ils communiquent avec l’ensemble des autres systèmes utilisées par les différents acteurs sans pertes de données ni d’efficacité.
De la même manière, le partage des données n’a jamais été aussi nécessaire aujourd’hui pour permettre la continuité et la fluidité des activités.

Violeta BULC, ex commissaire européen aux transports, a déclaré récemment : « Nous devons développer de nouveaux modèles économiques et de nouveaux protocoles. Dans cet âge Numérique cela est possible.  Le secteur du transport doit se développer sur le plan numérique afin de rendre les réseaux logistiques plus sûr et plus agiles

Cette période difficile, remplie de challenges, doit permettre de rendre le transport de marchandises plus efficace, transparent et sûr. Il appartient aujourd’hui au secteur tout entier, d’envisager toutes les solutions permettant de limiter et sécuriser ces échanges. Nous devons relever le défi.
Les acteurs de la supply chain doivent repenser leurs organisations logistiques.


GS1 France reste aux côtés et à l’écoute, plus que jamais, des entreprises du transport, de la logistique et de leurs clients, pour permettre et faciliter ces changements et développer les solutions numériques adéquates pour répondre à ces challenges. 
C’est ensemble que nous relèverons ces défis !